Découvrez les nouveautés OCTOBRE 2019 AU LIVRE DE POCHE, lire tous les extraits… Idéal pour apprendre le français avec cours-de-français-en-ligne!

Découvrez les nouveautés OCTOBRE 2019 AU LIVRE DE POCHE, lire tous les extraits… Idéal pour apprendre le français avec cours-de-français-en-ligne!

HÂTE-TOI DE VIVRE !

LAURE ROLLIER
1.jpg

7 h 53. BAM. Collision. Accident de voiture.

À son réveil à l’hôpital, Léo, jeune professeure de philosophie âgée de trente-deux ans, se retrouve nez à nez avec Mamie Lina, qui n’est autre que sa grand-mère décédée. Personnage haut en couleur, à l’humour cinglant, qui donne son avis sur tout – sans qu’on le lui ait demandé –, celle-ci s’immisce dans la vie quotidienne hésitante de Léo et de ses amis Louise et Juju, à un moment décisif de leur existence. Par ses interventions intempestives, cette grand-mère pas comme les autres chamboule tout sur son passage. Mais, en confrontant Léo à ses peurs, elle fait à sa petite-fille le plus beau cadeau : le courage de saisir la vie à pleines mains – et de donner une chance au bonheur.

LIRE UN EXTRAIT

MÉTRO 2035

DMITRY GLUKHOVSKY

DENIS DETRAZ (traducteur)

2.jpg

2035. Station VDNKh. Artyom est retourné y vivre. C’est un héros brisé, obsédé par l’idée que c’est à la surface qu’est le salut de l’humanité. Les Noirs anéantis, un souvenir le taraude, celui de la voix qu’il a entendue sur une radio militaire, deux ans plus tôt, quand il était au sommet de la tour Ostankino avec les stalkers. Aussi, depuis son retour, il remonte quotidiennement à la surface et escalade des gratte-ciel en ruines pour tenter d’entrer en contact avec des survivants. Tenu pour fou, Artyom sombre peu à peu. Mais l’arrivée d’Homère bouleverse la situation : le vieil homme prétend en effet que des contacts radio ont déjà été établis avec d’autres enclaves.

Ce nouvel et dernier opus de la saga traduite en plus de trente langues et adaptée en jeux vidéo est le point de convergence de toutes les trames narratives mises en place par l’auteur.

LIRE UN EXTRAIT

JEUX DE MASQUES (FILS DES BRUMES, TOME 5)

BRANDON SANDERSON
3.jpg

Métropole d’Elendel. Wax Ladrian, l’ancien justicier revenu des Rocailles, prépare son mariage avec Steris. C’est compter sans la révolte qui gronde partout dans la ville : conditions de travail pénibles, industrialisation effrénée, corruption des élus… Le chaos domine bientôt le territoire et, lors d’une réunion, tous les barons du crime, dont le propre frère du gouverneur, sont massacrés. Malgré le danger, Wax, aidé de Wayne, son fidèle acolyte, et de Marasi, la brillante demi-sœur de Steris, qui a intégré la police, est bien décidé à découvrir ce qui se cache derrière ces événements.

Avec cinq millions d’exemplaires vendus, des traductions dans plus de trente pays, des romans récompensés par de nombreux prix et une presse dithyrambique, Brandon Sanderson est depuis plus de dix ans l’un des grands maîtres de l’Imaginaire. Dans Jeux de masques, il propose une nouvelle histoire spectaculaire, pleine des rebondissements dont il a le secret.

LIRE UN EXTRAIT

 

MILLE SOLEILS

NICOLAS DELESALLE
5.jpeg

Ils sont quatre, réunis en Argentine par le travail et des passions communes. Vadim le taiseux aime la physique des particules, et le bel Alexandre a installé des panneaux solaires sur les 1 600 cuves de l’observatoire astronomique de Malargüe. Avec ses yeux clairs, Wolfgang est un astrophysicien rêveur, spécialiste des rayons cosmiques d’ultra-haute énergie. Quant au jeune Simon (qui consulte toujours Clint Eastwood avant de se décider), il doit écrire un article sur ces rayons pour le CNRS. Ils ont quelques heures pour parcourir 200 kilomètres de piste et prendre leur avion à Mendoza.
Que faire quand le drame survient et que, du haut d’un volcan, seul le ciel immense de la pampa vous contemple ? Avec ce huis clos à ciel ouvert, Nicolas Delesalle signe une histoire d’une intense émotion parcourue de paysages sublimes, d’instants tragiques mais aussi d’humour et de poésie.

LIRE UN EXTRAIT

CRIME EN TOUTES LETTRES

SOPHIE HANNAH
6.jpeg
Rentrant chez lui après un délicieux déjeuner en excellente compagnie, Hercule Poirot est très satisfait de sa journée. Mais pas pour longtemps : à peine est-il descendu de voiture qu’une élégante femme l’accoste violemment. Pourquoi Poirot lui a-t-il envoyé une lettre l’accusant du meurtre de Barnabas Pandy, un homme qu’elle ne connaît même pas ? Si son interlocutrice est furieuse et choquée, le détective, lui, est perplexe car il n’a jamais entendu parler de la victime. Quand d’autres lettres signées de son nom font surface, Poirot comprend qu’il est temps de mener l’enquête. Qui est ce mystérieux Barnabas Pandy ? Et surtout, a-t-il vraiment été assassiné ?

L’EGARÉE

DONATO CARRISI
7.jpeg

Une jeune femme est retrouvée dans les bois, nue, une jambe cassée. Elle a réussi à s’échapper après une longue séquestration. Elle se souvient de peu de choses – un homme, un labyrinthe, un bébé… Son identité est cependant retrouvée : il s’agit de Samantha Andretti, dont l’enlèvement avait été surmédiatisé quinze ans auparavant. Sa réapparition fait la une de tous les journaux et met la police dans l’embarras. Le détective privé Bruno Genko décide de reprendre l’enquête qu’il avait démarrée à l’époque. Mais la donne a changé car Genko, atteint d’une maladie grave, sait que ses jours sont comptés et que cette mission sera pour lui la dernière.

Le compte à rebours s’enclenche, tandis que plane l’ombre du Chuchoteur…

LE DIABLE REBAT LES CARTES

IAN RANKIN
8.jpeg
Il y a des affaires qu’on n’oublie jamais.
40 ans après, John Rebus est toujours hanté par la mort de la belle et volage Maria Turquand, étranglée dans sa chambre d’hôtel alors qu’une rock star et son équipe donnaient une fête déchaînée dans la chambre d’à côté. Le tueur n’a jamais été retrouvé.Pendant ce temps, le cœur noir d’Edimbourg est toujours à prendre. Un jeune prétendant,
Darryl Christie, semble en bonne position, mais subit une violente agression qui le met sur la touche, l’affaiblit et le rend vulnérable, d’autant plus qu’une enquête sur une affaire de blanchiment d’argent menace sa place de caïd.

Quant à Big Ger Cafferty, est-il vraiment hors course ou prenait-il juste son mal en patience avant de trouver le bon moment pour reprendre le contrôle de l’envers de la ville ?

Jeux de pouvoirs, corruption profondes et rivalités amères sont au cœur de cette nouvelle enquête brûlante où Rankin et Rebus sont au meilleur de leur forme.

MA MÈRE AVAIT RAISON

ALEXANDRE JARDIN
8.jpg
« De toi, j’ai appris que s’élancer dans les gouffres permet à nos ailes de pousser. Sans cette absolue confiance dans la vie, tout nous retient. Et l’existence n’est plus qu’un rendez-vous raté avec soi. »
Ce roman vrai est la pierre d’angle de la grande saga des Jardin. Après le portrait du père merveilleux (Le Zubial), du sombre grand-père (Des gens très bien), du clan bizarre et fantasque (Le Roman des Jardin), voici l’histoire de la mère d’Alexandre. On y découvre une femme hors norme, qui ose tout, et qui s’impose comme l’antidote absolu de notre siècle timoré. Elle est dans les yeux de son fils l’héroïne-née, la tisseuse d’aventures, l’inspiratrice des hommes, la source jaillissante de mille questions – elle est le roman-même. Un roman qui questionne, affole, vivifie et rejoint la joie du fils. Mais la magicienne, hélas, n’est pas éternelle.
Certaines femmes, pourtant, ne devraient jamais mourir.

MON AUTOPSIE

JEAN-LOUIS FOURNIER
9.jpeg

Je suis mort. C’est pas le pire qui pouvait m’arriver.

J.-L. F.

Jean-Louis Fournier fait le mort sur une table d’autopsie. Il analyse sa personnalité, ses réflexions et sa vie. Il s’amuse de ses petits travers d’humain et propose de se réconcilier avec eux, en les associant à un trait positif de son caractère, ainsi son orgueil et son humilité, son indifférence et sa sensibilité, sa poésie et sa cruauté.

LIRE UN EXTRAIT

BIENVENUE À MOTHER’S REST

LEE CHILD
10.jpeg
Pourquoi cette ville s’appelle-t-elle « Mother’s Rest » ? C’est la question qui pousse Jack Reacher à descendre d’un train, en pleine nuit, dans une bourgade perdue de l’Oklahoma. À la gare, une femme semble l’attendre. Mais Michelle Chang, ex-agent du FBI, l’a pris pour Keever, qu’elle cherche désespérément. Son collègue a disparu. Sans hésiter une seconde, Reacher décide de l’aider à le retrouver. Mais ce qu’il ignore, c’est qu’après un périple à travers tout le pays et dans les profondeurs du Darknet, il se retrouvera à la case départ, à Mother’s Rest, face au pire cauchemar imaginable.

LIRE UN EXTRAIT

ENFERMÉ.E

JACQUES SAUSSEY
11.jpg

« Les premiers papillons ont éclos derrière ses paupières. Elle en avait déjà vu de semblables, enfant, un été au bord de l’océan, jaunes et violets contre le ciel d’azur. Aujourd’hui, l’astre était noir. Le sol dur sous ses épaules. Et l’odeur était celle d’une marée putride qui se retire. Les papillons s’éloignaient de plus en plus haut, de plus en plus loin. Et l’air lui manquait. Lui manquait…
Elle a ouvert la bouche pour respirer un grand coup, comme un noyé qui revient d’un seul coup à la surface.
Les papillons ont disparu, brusquement effrayés par un rugissement issu du fond des âges… »
Se retrouver enfermée en prison pour de longues années, alors que l’on est déjà enfermée dans un corps qui n’est pas le sien… pour Virginie, c’est la double peine.

Jacques Saussey aborde magistralement dans ce roman noir social une situation peu connue : être transgenre dans une prison pour hommes. Passant d’une époque à l’autre, ce récit poignant conte l’histoire d’une vie, l’histoire d’une vengeance.

LIRE UN EXTRAIT

JEAN, UN HOMME HORS DU TEMPS

AXEL KAHN
12.jpg
Jean Kahn-Dessertenne, enseignant et philosophe, se donne la mort à cinquante-quatre ans le 17 avril 1970 en se jetant d’un train. Il laisse une lettre à son fils Axel, qu’il dit « capable de faire durement les choses nécessaires », avant une injonction finale qui changera la vie d’Axel : « Sois raisonnable et humain ! ».
Quarante-sept ans après, ce dernier obéit à l’injonction paternelle, durement, en donnant la parole à son père. Dans les instants qui précèdent le saut mortel, la vie de Jean défile à vive allure : ses engagements politiques, ses tumultueuses relations aux femmes, son souci de sa relation à ses fils, son itinéraire intellectuel. Sont ainsi évoqués en toile de fond l’essentiel de l’histoire de la France au XXe siècle, la place qu’y prirent la bourgeoisie, le communisme et de Gaulle, les crises et ébranlements de tous ordres, économiques, guerriers, littéraires et personnels. Le sourire et la dérision ne disparaissent pas toujours à l’heure de mourir, Jean en témoigne. Cependant, Axel Kahn a surtout écrit là un récit vibrant et déchirant.

SOLOMON KANE

ROBERT E. HOWARD
13.jpg

« — Vous… Qui êtes… vous ? dit-elle à mots hachés.
— Je ne suis qu’un vagabond, un homme sans terre, mais l’ami de tous ceux qui sont dans le besoin.
Cette voix douce semblait incongrue, venant de cet individu.
— Raconte-moi.
— Le Loup. Lui et ses hommes…ont attaqué notre village…Ils ont pillé…tué…
Soudain la forme frêle se détendit. L’homme posa délicatement la jeune fille à terre et lui toucha légèrement le front.
— Des hommes mourront pour cela, dit-il froidement. »

Aventurier errant et vagabond, Solomon Kane traque et tue impitoyablement ses ennemis dans un monde élisabéthain pris de folie : brigands et pirates, mais aussi vampires et morts-vivants. Instrument de Dieu ou puritain fou habité par des forces qui le dépassent, nul ne sait qui il est.

Ce recueil rassemble l’intégralité des nouvelles de ce héros. Établie à partir des manuscrits originaux, leur version authentique proposée ici dans l’ordre de leur rédaction restitue la plume précise et poétique de R. E. Howard.

LIRE UN EXTRAIT

SAGESSE ANIMALE

NORIN CHAÏ
13.jpeg
Norin Chai, riche d’une longue expérience comme vétérinaire de la faune sauvage, nous plonge ici dans une découverte passionnante et originale du monde animal et des multiples enseignements qu’il peut nous apporter. Ainsi, par leur manière de se comporter, de vivre, de coexister, les animaux (chiens, chats, éléphants, dauphins, tamarins…) peuvent nous apprendre à nous réconcilier avec nos émotions et à mieux partager celles d’autrui. Ils peuvent aussi nous aider à retrouver les chemins oubliés de notre intelligence intuitive. À mieux écouter notre corps, sans le bourrer de nourritures inutiles, et à vivre plus sereinement le temps présent…
N’est-ce pas en retrouvant notre lien perdu avec notre animalité que nous finirons, un jour, par retrouver notre pleine humanité ?

UNE JOURNÉE DANS LA MORT DE L’AMÉRIQUE

GARY YOUNGE
1.jpg

En moyenne, près de sept jeunes sont quotidiennement abattus par arme à feu aux États-Unis. Le samedi 23 novembre 2013, c’est la journée choisie au hasard par Gary Younge, dix enfants et adolescents sont tués par balle. Sept garçons noirs, deux hispaniques et un blanc qui disparaissent ; ils ont entre neuf et dix-neuf ans.
En recoupant les entretiens menés avec leurs proches, les rapports de la police, du 911 et des journalistes locaux, l’auteur raconte l’histoire de Jaiden, Kenneth, Stanley, Pedro, Tyler, Edwin, Samuel, Tyshon, Gary et Gustin, victimes de leur condition sociale, de la négligence des adultes et des lobbys. Vibrante immersion dans ces dix vies trop brèves, cet ouvrage aussi documenté qu’intense bouscule et invite à une réflexion sans tabou.

LIRE UN EXTRAIT

LE CIEL NE PARLE PAS

MORGAN SPORTES
2.jpeg
1609 : Christóvão Ferreira, jeune jésuite portugais plein de ferveur chrétienne, débarque à Nagasaki. Ce port est alors un panier de crabes, et le sud du Japon est en train de devenir un terrain où s’affrontent les intérêts impérialistes des Anglais, des Espagnols, des Portugais, des Hollandais, et où s’importent leurs querelles religieuses. Les missionnaires sont rapidement suspects aux yeux des shoguns Tokugawa qui dirigent le pays. Ferreira est arrêté, torturé. Il doit choisir : mourir en martyr ou travailler dans les rangs de l’Inquisition nippone.
Dieu, l’argent, le choc des civilisations, la liberté de commercer et de circuler, la souveraineté des États… À quatre siècles de distance, ces problématiques sont les nôtres.

RAISON ET SENTIMENTS

JANE AUSTEN
3.jpeg

À la mort d’Henry Dashwood, sa femme et ses trois filles, injustement privées de leur héritage, sont contraintes de quitter leur Sussex natal pour s’installer dans le Devon, à Barton Cottage. Dans la petite société locale, les demoiselles Dashwood ont tôt fait de s’intégrer. Elinor, l’aînée, cache derrière une réserve et une tempérance à toute épreuve un amour profond et sincère pour Edward Ferrars, le frère de sa belle-sœur. Marianne, nature passionnée et romanesque, tombe éperdument amoureuse du beau et impétueux John Willoughby, rencontré sous une pluie battante. Et quand des épreuves viendront chambouler leurs existences, les deux sœurs, aussi différentes qu’inséparables, découvriront qu’elles ont chacune beaucoup à apprendre de l’autre…

Dans ce grand classique de la littérature anglaise, c’est tout le talent de conteuse de Jane Austen qui se déploie, dans une langue tour à tour drôle et incisive.

LIRE UN EXTRAIT

CE QUE JE PEUX ENFIN VOUS DIRE

SÉGOLÈNE ROYAL

5.jpg

« On voit bien que ça été parfois très violent pour vous. Mais vous n’avez rien dit. Comment fait-on pour tenir ? »
Au moment où la parole des femmes se libère enfin, beaucoup d’entre elles m’ont demandé de m’exprimer sur ce qu’une femme en politique subit en silence. Et de plus en plus d’hommes me disent : « Parlez pour nos filles, nos compagnes, nos sœurs. » Je me suis donc accordé ce droit de dire, et ce droit est vite devenu un devoir. La raison du silence des femmes, c’est la peur de l’humiliation. Ce fut difficile et parfois douloureux d’écrire, car il m’a fallu revivre des épreuves que j’avais rangées dans ma mémoire.
De plus, j’ai appris de ma longue expérience des combats écologiques la ressemblance entre les violences faites aux femmes et celles faites à la nature, avec des prédateurs qui maltraitent, salissent, exploitent, trop souvent en toute impunité. Le même vocabulaire. La même loi du silence.

S. R.

LIRE UN EXTRAIT

UNE VIE COMME LES AUTRES

HANYA YANAGIHARA

7.jpg

Ils sont quatre amis de fac, et ils ont décidé de conquérir New-York : Willem, l’acteur à la beauté ravageuse ; JB, l’artiste peintre, aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel ;Malcolm, qui attend son heure dans un prestigieux cabinet d’architectes ; Jude, le plus mystérieux d’entre eux, celui qui, au fil des années, s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur.

Épopée romanesque d’une incroyable intensité, chronique poignante de l’amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge aussi nos dispositions à l’empathie et notre façon d’endurer la souffrance, la notre comme celle d’autrui.

LA CROISIÈRE CHARNWOOD

ROBERT GODDARD
1.jpg
1931. Guy et Max, deux vétérans de la Première Guerre mondiale, quittent New York à bord du transatlantique Empress of Britain. Dans les luxueux salons de première classe, ils font la connaissance de la très anglaise Vita Charnwood et de sa nièce, Diana. Celle-ci est non seulement ravissante, mais également l’unique héritière du richissime financier international Fabian Charnwood. Les deux hommes entreprennent de la séduire afin de mettre la main sur une partie de sa fortune. Alors que leur opération semble sur le point de réussir, un meurtre vient soudain mettre un terme à tous leurs espoirs et les plonger dans une spirale infernale.

LA TRESSE – EDITION COLLECTOR

LAETITIA COLOMBANI
2.jpg
L’édition collector du best-seller de Laetitia Colombani avec une préface inédite de l’auteur.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

POUR CE QU’IL ME PLAIST

LAURE BUISSON
3.jpg

Printemps 1330. Jeanne de Belleville, trente ans, épouse le baron breton Olivier de Clisson. Treize ans plus tard, le roi Philippe VI fait décapiter son mari, soupçonné de traîtrise. Jeanne jure devant Dieu que la France paiera. Armant un bateau, elle prend la tête d’un équipage et part à l’assaut des vaisseaux battant pavillons français. En quelques mois, elle va faire régner la terreur sur la côte atlantique et les grandes rivières bretonnes, devenant la « Lionne sanglante », et honorant ainsi la devise des Clisson : « Pour ce qu’il me plaist. »
Sous une plume sèche et piquante, Laure Buisson ressuscite la vie éminemment romanesque d’une héroïne oubliée de l’histoire de France et nous donne à voir un Moyen Âge loin des clichés.

LIRE UN EXTRAIT

LAROSE

LOUISE ERDRICH
4.jpg

Dakota du Nord, 1999. Le ciel, d’un gris acier, recouvre les champs nus d’un linceul. Ici, des coutumes immémoriales marquent le passage des saisons, et c’est la chasse au cerf qui annonce l’entrée dans l’automne. Landreaux Iron, un Indien Ojibwé, vise et tire. Et tandis que l’animal continue de courir sous ses yeux, un enfant s’effondre. Dusty, le fils de son ami et voisin Peter Ravich, avait cinq ans.
Ainsi débute le nouveau roman de Louise Erdrich, qui vient clore de façon magistrale le cycle initié avec La Malédiction des colombes et Dans le silence du vent. L’auteure continue d’y explorer le poids du passé, de l’héritage culturel, et la notion de justice. Car pour réparer son geste, Landreaux choisira d’observer une ancienne coutume en vertu de laquelle il doit donner LaRose, son plus jeune fils, aux parents en deuil. Une terrible décision dont Louise Erdrich, mêlant passé et présent, imagine avec brio les multiples conséquences.