Les nouveautés Livre de Poche de JUIN 2019 et leurs extraits… Idéal pour apprendre le français avec cours-de-français-en-ligne!

Les nouveautés Livre de Poche de JUILLET 2019 et leurs extraits… Idéal pour apprendre le français avec cours-de-français-en-ligne!

poche

DÉLATION SUR ORDONNANCE

BERNARD PROU
1.jpeg
Dans les années 2010, Oreste Bramard est amené à expertiser la bibliothèque de feu Grégoire Saint-Marly, médecin à Pau, à la demande de la petite-fille et héritière du notable. Un jour, une étrange ordonnance s’échappe sous ses yeux d’une édition originale de Céline. C’est une lettre de délation datée du 19 décembre 1942, dénonçant auprès de la préfecture quatre « mauvais Français » et signée : « Dr Saint-Marly, ancien combattant de 14-18, père de quatre enfants ».
Oreste comprend alors qu’en suivant la « chasse au trésor » conçue par le médecin bibliophile, il trouvera les documents cachés qui lui permettront de reconstituer ce qui s’est réellement passé à Pau durant les dernières années de la Seconde Guerre mondiale. Ironie de l’histoire, les enfants Saint-Marly eux-mêmes ont été pris dans la tourmente engendrée par la lettre de dénonciation de leur père. Communistes, francs-maçons, Juifs, résistants, collaborateurs ou foule des anonymes… Bernard Prou n’omet aucune des factions en présence. Il brosse une fresque animée et jubilatoire de cette période trouble, où chacun a dû agir selon son cœur et selon sa conscience.

LA GALERIE DES JALOUSIES, TOME 2

MARIE-BERNADETTE DUPUY
2.jpeg
Fin 1920. Tout le village minier de Faymoreau, en Vendée, partage le deuil de la famille Marot dont la petite Anne vient d’être emportée par la tuberculose. Pour le frère aîné de la fillette, Thomas, marié à une ouvrière d’origine polonaise, et pour Isaure, la fille de métayers des environs, la peine est amplifiée par la culpabilité d’avoir échangé un baiser le soir de Noël. Dans l’espoir de mettre un terme à cet amour impossible, Isaure décide dès le lendemain de l’enterrement de suivre à Paris son amant, le commissaire de police Justin Devers.
La vie est agréable dans la capitale, mais Isaure souffre d’être loin de son village, et surtout de Thomas. Leur relation semble pourtant dans une impasse car Jolenta, l’épouse de Thomas, est sur le point de lui donner un enfant. De retour à Faymoreau, Isaure fait la connaissance d’Olympe Mercerin, la belle-mère de l’ancien directeur de la mine, et devient sa gouvernante. Thomas, si proche et si loin à la fois, continue de la hanter…

LA BELLE ÉTRANGÈRE

JEAN-PAUL MALAVAL
3.jpeg
Au lendemain de la Libération, dans le bourg de Marlianges, en Corrèze, c’est la consternation : le vieux Maximin Maringot a décidé de céder sa propriété des Allognes à ses métayers, les Battisteli. La vente de cette terre, aussi ingrate soit-elle, à des immigrés italiens est perçue comme une trahison.
En butte au mépris et aux provocations, les Battisteli se découvrent un allié providentiel en la personne du médecin, Bertrand Jouve. Pourquoi cet homme distingué prend-il la défense des Italiens ? On le soupçonne d’avoir pour maîtresse Clara, la fille Battisteli, dont la jeune beauté attise les convoitises.
D’aucuns croient que le souvenir encore vivace des horreurs de l’Occupation ramènera les esprits à la raison. Mais que peut la raison dans un climat délétère où la haine devient vite criminelle ?

CARMEN (NOUVELLE ÉDITION)

PROSPER MÉRIMÉE
4.jpeg
Carmen, sauvage et corrompue, passionnée sans tendresse, ne sait ni attendre quand elle désire, ni résister quand on lui plaît. Carmen est de ces femmes incandescentes qui savent susciter la passion dès le premier regard, celle du narrateur, d’abord, et celle de Don José, surtout, qui pour elle plongera dans la briganderie et le crime. Carmen est une créature insaisissable, tourbillonnant dans le monde coloré et sulfureux des contrebandiers andalous et des bohémiens transis d’amour, peinte d’une main de maître par un Mérimée au sommet de son art.

BARTLEBY

HERMAN MELVILLE

PIERRE GOUBERT (traducteur)

JEAN-PIERRE NAUGRETTE (préfacier)

5.jpeg

Un jeune commis aux écritures se présente un jour à l’étude d’un notaire new-yorkais. S’il commence son nouvel emploi avec une assiduité frôlant le zèle, Bartleby délaisse peu à peu ses tâches, avant de finir par refuser catégoriquement de travailler. Le narrateur, secondé par ses fidèles employés le Dindon, Pinces Coupantes et Biscuit au Gingembre, déploie des trésors d’imagination pour tenter de ramener Bartleby à la raison. Mais à chaque demande, chaque ordre, inlassablement, le jeune homme répond avec une douceur implacable : « J’aimerais mieux pas. »

Dans ce court roman, Herman Melville dresse avec brio le portrait d’un personnage d’une fascinante ambiguïté. Par son mutisme et sa résistance farouche à toute forme d’autorité, Bartleby s’est imposé comme l’une des figures les plus complexes et les plus troublantes de la littérature.

LIRE UN EXTRAIT

TOUS LES ÂGES ME DIRONT BIENHEUREUSE

EMMANUELLE CARON
6.jpeg
Qui est Ilona Serginski ? Qui est cette vieille femme, que sa petite-fille, Eva, croit si bien connaître, et qui vit recluse dans une maison de retraite bretonne ? Aux portes de la mort, Ilona se met à parler une langue inconnue et réclame un prêtre pour confesser les crimes d’une existence dont personne n’a démêlé les secrets. D’où vient-elle vraiment et quelle est son histoire ?
Pour y répondre, il faudra plonger dans les replis de la tragédie soviétique et suivre la lignée d’Ilona, depuis les remous de la guerre civile en 1917 jusqu’à aujourd’hui.
Fille adorée d’un assassin, elle deviendra l’idole prostituée d’un ogre mafieux puis la mère sacrifiée d’une enfant trop brillante. Ilona est l’emblème d’un siècle passionné et violent qui a fait de sa vie un destin.

LA GLOIRE DES MAUDITS

NICOLAS D’ESTIENNE D’ORVES
7.jpeg

Dix ans après la guerre, Gabrielle Valoria, la fille d’un collaborateur exécuté à la Libération, doit enquêter secrètement sur Sidonie Porel : qui est-elle vraiment ? La plus célèbre romancière de son époque ou une imposture littéraire ? Une grande amoureuse ou une manipulatrice ?
En plongeant dans le passé de cette femme, Gabrielle découvre un univers où grouillent les menteurs et les traîtres. Écrivains, politiciens, journalistes, prostituées, grands patrons : tous cachent un secret qui tue…

Dans Les Fidélités successives (prix Cazes-Lipp), Nicolas d’Estienne d’Orves explorait les ambiguïtés de l’Occupation, avec La Gloire des maudits, il s’attaque aux mensonges de l’après-guerre. Ce tableau romanesque d’une France au lendemain du chaos, où l’on croise les grandes figures du Paris intellectuel et artistique des années 1950, montre que le passé nous rattrape toujours et que les guerres ne se terminent jamais.

LIRE UN EXTRAIT

VOUS CONNAISSEZ PEUT-ÊTRE

JOANN SFAR
8.jpeg
Au début, il y a cette fille, Lili, rencontrée sur Facebook. Ça commence par « vous connaissez peut-être », on clique sur la photo du profil et un jour on se retrouve chez les flics.
J’ai aussi pris un chien, et j’essaie de lui apprendre à ne pas tuer mes chats. Tant que je n’aurai pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas en rond. Ça va durer six mois.
Ce roman fait suite à Comment tu parles de ton père. On y trouve quelques portraits de femmes, et un portrait de chien. C’est une enquête. Tout est vrai sinon ce n’est pas drôle.

NE TIREZ PAS SUR LE PHILOSOPHE

FRÉDÉRIC LENORMAND
9.jpeg
Voltaire rentre d’un an d’exil en Lorraine, mais les Parisiens, peuple frivole, l’ont oublié : Les Lettres philosophiques, c’était l’année précédente, ils sont passés à autre chose. Aux grands maux les grands remèdes ! Notre philosophe décide de se refaire une réputation par la défense de belles causes. Le hasard place sur sa route une servante pendue pour vol qui s’est réveillée sur la table de dissection d’un chirurgien. Il faut l’innocenter, ou bien la justice du roi l’accrochera de nouveau à sa potence. Sauver l’orpheline injustement condamnée, voilà une mission à la mesure du plus brillant penseur du siècle des Lumières ! La tâche serait presque facile si sa grande amie, Émilie du Châtelet, certaine que Voltaire n’arriverait à rien sans son aide, ne l’avait défié de résoudre cette énigme avant elle.

AIMER ET PRENDRE L’AIR

SOPHIE SIMON
10.jpeg

« Ce matin-là, je me suis juré de ne plus jamais l’appeler. Il fallait juste que je l’appelle pour le lui dire. »

Alors qu’elle vient de s’installer dans le Connecticut pour les vacances, Amy, actrice new-yorkaise au faîte de sa gloire, s’interroge : le moment n’est-il pas venu de quitter Jack, son vieil époux atrabilaire ? Comment y parvenir, alors qu’elle a déjà échoué tant de fois ? Et surtout, qu’en pense son psychanalyste ? Lorsqu’un couple d’amis au bord de la rupture débarque, la confusion atteint son comble.
Dans ce drame joyeux et burlesque, Sophie Simon met en scène la fin de l’amour et des idéaux, et l’éternelle renaissance du désir.

LIRE UN EXTRAIT

LES VISAGES PÂLES

SOLANGE BIED-CHARRETON
11.jpeg
Quand Raoul Estienne s’éteint au soir d’une vie d’industriel, ses trois petits-enfants prennent la route. Ils enterrent un vieil homme, ils enterrent leur enfance. La demeure familiale est trop grande, trop vide, trop muette pour leur père qui voudrait bien s’en débarrasser. Ce serait pour eux un ultime coup dans une plaie que la société française acidifie chaque jour davantage. Nous sommes en janvier 2013, Hortense, la trentaine décidée, a fondé une start-up qui cartonne. Sa sœur Lucile traîne ses talents de graphiste solitaire dans l’une des tours postmodernes de La Défense. Alexandre, lui, est poussé dans le mouvement de La Manif pour Tous. Lorsque les agitations dégénèrent, lorsque Lucile tombe amoureuse de Charles, lorsque enfin le désordre s’empare de l’existence d’Hortense, tout bascule.
Un grand roman contemporain, une satire sociale où résonnent humour, tragédie et émotion.