Les nouveautés Livre de Poche de MAI 2019 et leurs extraits… Idéal pour apprendre le français avec cours-de-français-en-ligne!

Les nouveautés Livre de Poche de MAI 2019 et leurs extraits… Idéal pour apprendre le français avec cours-de-français-en-ligne!

 

Une jeunesse de Marcel Proust

Evelyne Bloch-Dano
1.jpeg

Qui n’a jamais entendu parler du questionnaire de Proust ?

Les réponses de l’écrivain ont traversé le temps et fait le tour du monde. On a oublié qu’elles provenaient d’un album intitulé Confessions, appartenant à son amie Antoinette Faure, la fille du futur président de la République. En participant à ce jeu de société à la mode, Marcel Proust ne se doutait pas qu’il livrerait des indices sur l’adolescent qu’il était. Ses réponses ont été souvent commentées. Mais jamais contextualisées ou comparées. Jamais datées avec exactitude.
De Gilberte aux Champs-Élysées à la petite bande d’Albertine et des jeunes filles en fleurs, quelles traces ont-elles laissées dans son œuvre ?
Évelyne Bloch-Dano a mené l’enquête. Elle est parvenue à identifier les autres amis de l’album d’Antoinette. C’est alors tout un monde qui a surgi, celui des jeunes filles de la bourgeoisie de la Belle Époque. Quelques garçons aussi. À travers leurs goûts, leurs rêves, s’est dégagé le portrait d’une génération. Celle de Marcel Proust.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Sous le ciel qui brûle

Nguyen Hoai Huong
2.jpeg
Oise, 1975. Tuân, la quarantaine, se souvient de son enfance indochinoise. Orphelin dès son jeune âge, élevé par son grand-père, il fut, à la mort de celui-ci, recueilli par sa tante. Mais son oncle obligea sa femme et ses enfants à le suivre pour rejoindre l’armée populaire. Tuân fut alors séparé de sa cousine, dont il était très proche.
Si malgré toutes ces pertes Tuân est resté debout, c’est grâce à son amour immodéré du français, appris à l’école. Cette préférence pour la langue des colonisateurs fit de lui un « traître » aux yeux de certains, mais elle infléchit également son destin : la poésie de Gérard de Nerval, entre autres, sera son refuge au cœur des atrocités vécues dans un Vietnam exsangue, déchiré par la guerre et la partition, et lorsqu’il décidera de s’exiler, il choisira la France.

L’Été dernier à Syracuse

Delia Ephron

Claire Desserrey (Traducteur)

3.jpeg

Ils sont beaux, riches, américains. Ils ont décidé de partir ensemble découvrir Rome, puis Syracuse. Michael est écrivain, ancien lauréat du prix Pulitzer. Sa femme Lizzie est une journaliste en perte de vitesse. Finn est restaurateur et Taylor, son épouse, se dévoue entièrement à l’éducation de leur fille unique, Snow, une enfant énigmatique qui fait aussi partie du voyage. Tout est en place pour qu’ils passent des vacances de rêve dans des sites enchanteurs.
Mais chacun arrive avec ses secrets, ses mensonges, ses non-dits, ses désirs inassouvis. Et petit à petit, dans les ruelles de la Sicile baroque, se noue un roman d’amour et de trahison au suspense implacable, où les personnages avancent à la fois masqués et aveugles.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Virginie Grimaldi
4.jpeg
Anna, trente-sept ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À dix-sept ans, Chloé a renoncé à ses rêves pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Lily, du haut de ses douze ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Et je disparaîtrai dans la nuit

Michelle McNamara

Estelle Roudet (Traducteur)

5.jpeg

Pendant les années soixante-dix et quatre-vingt, un mystérieux prédateur a terrorisé la Californie. Après une série de cinquante agressions sexuelles et dix meurtres, il a disparu des radars, échappant ainsi aux autorités. Trente ans après les faits, Michelle McNamara reprend l’affaire, déterminée à découvrir l’identité de celui qu’elle a surnommé le Golden State Killer. Elle retourne sur les lieux des crimes, interroge les victimes et consacre ses nuits à éplucher les rapports de police. Sa mort brutale, en 2016, met malheureusement un terme prématuré à ses recherches. À l’initiative de son mari, deux enquêteurs ont repris le flambeau et achevé Et je disparaîtrai dans la nuit, rendant ainsi hommage à son travail acharné. En avril 2018, le tueur présumé a été arrêté.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Exils

Collectif
6.jpeg

14 auteurs engagés et inspirés, auteurs stars et révélations, mais aussi slameurs reconnus, s’unissent pour agir en faveur de l’éducation des enfants dans le monde.

14 textes poignants, autour d’un thème d’actualité, qui explorent les chemins vastes et émouvants de l’exil.

1 LIVRE ACHETE = 1,50 EURO REVERSE A L’UNICEF

Soutenez l’action de l’UNICEF en faveur de l’éducation, pour permettre aux 124 millions d’enfants actuellement non scolarisés dans le monde de sortir de la pauvreté et de se construire de meilleures chances d’avenir.

www.unicef.fr

Aucune pierre ne brise la nuit

Frédéric Couderc
7.jpeg
Longtemps expatriée, Ariane mène à Paris une existence bien remplie. Le coup de foudre avec Gabriel, réfugié argentin, balaie tout sur son passage et fait naître un terrible soupçon : et si Clara, sa fille adoptée vingt ans plus tôt à Buenos Aires, était l’un des cinq cents bébés volés sous la junte militaire recherchés par les fameuses Grands-mères de la Place de Mai ? Sur fond de guerre conjugale, les amants comprennent alors qu’il n’est de salut que dans la quête implacable de la vérité.
Assis sur les multiples complicités de la France et de la sanglante dictature argentine, Frédéric Couderc livre un récit inspiré de faits réels qui entremêle secrets de famille, intrigue politique et sentimentale.

Juste un peu de temps

Caroline Boudet
8.jpeg
« La charge mentale. La foutue charge mentale. Qui ressemble de plus en plus à une charge explosive qu’elle ferait volontiers sauter. Quelque chose a claqué en elle. Sophie ne voulait pas rentrer, ne pouvait pas. Elle ne voulait plus de cette vie-là. Ses pieds n’avaient tout simplement pas pu prendre le chemin de la gare, ses doigts avaient d’eux-mêmes éteint son portable, et son instinct maternel – je suis indispensable, je suis coupable, ils ne sont rien sans moi – s’est mis en mode silencieux pour la première fois depuis sept ans. »
Sophie a trente-cinq ans, un mari formidable, trois beaux enfants, un travail qui lui plaît. Pourtant, un jour, la parfaite Sophie disparaît, laissant derrière elle un mot énigmatique : « Je reviens. Juste un peu de temps. Merci »…

Normal

Warren Ellis
9.jpeg
« C’était calme. Vraiment calme. Il n’avait rien connu d’aussi proche de la privation sensorielle depuis… quand ? L’enfance ?
Il grimaça en pensant aux gigaoctets qui l’attendraient lorsqu’il récupérerait son téléphone et retrouverait du signal. Mince. Il était vraiment isolé. C’était une amputation. Il s’aperçut qu’il était complètement démuni. Il n’était plus vraiment un homme, mais un simple moignon cautérisé qu’on laissait pourrir dans une petite chambre. »
À l’institut Normal Head on accueille des veilleurs stratégiques civils ou militaires rendus fous par leurs visions de bouleversements géopolitiques, guerres de drones et apocalypses diverses. Quand un jour on retrouve à la place d’un patient un tas d’insectes dans son lit, les névrosés et déséquilibrés du centre se lancent dans une folle enquête, entre aliénation et surveillance…

Au café existentialiste

Sarah Bakewell

Pierre-Emmanuel Dauzat (Traducteur)

10.jpeg

Paris, 1932. Trois amis se réunissent dans un célèbre café de Montparnasse. Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir écoutent Raymond Aron, de retour de Berlin, parler d’une forme de pensée radicalement neuve qu’il a découverte : la phénoménologie. « Si tu es un phénoménologue, lance-t-il à Sartre, tu peux parler de ce cocktail et c’est de la philosophie ! » Intrigué et inspiré, Sartre élabore une théorie fondée sur l’existence vécue, dont le quartier de Saint-Germain-des-Prés va devenir l’emblème. L’existentialisme va faire vibrer Paris et se diffuser dans le monde entier, de l’après-guerre aux mouvements étudiants de 1968.

Avec l’érudition et l’humour qui ont fait l’immense succès de Comment vivre ?, Sarah Bakewell fait revivre un courant fondateur de l’histoire de la pensée du XXe siècle et nous plonge dans l’atmosphère effervescente du Paris existentialiste.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Des filles qui dansent – Des garçons qui tremblent

Stéphane Hoffmann
11.jpeg

Chronique sentimentale tendre et cocasse, ce roman nous emmène à La Baule, le temps d’un été, dans le flou des armées 80. Le sable y est chaud, et les filles, jolies, n’en finissent pas de danser. Jérôme, un jeune homme désireux d’échapper à sa condition de  » plouc « , y découvre l’arrogance de la bourgeoisie, le charme des femmes mûres, et surtout la fraîcheur de l’amour. Mais la romance tourne délicieusement au jeu de massacre où tromperies, compromis et déceptions tiennent le premier rôle… Un portrait romanesque à la fois drôle, brillant et sensible, entre révolte juvénile, goût du plaisir et sentiment amoureux. Car Stéphane Hoffmann possède cette intelligence malicieuse, élégante et un peu désabusée de rire de nos faiblesses. Avec lui, les mauvais souvenirs ne sont jamais éternels et virent souvent à la comédie…

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Le Triomphe des ténèbres

Eric Giacometti
Jacques Ravenne
12.jpeg

Le Cycle du Soleil noir

1938. Dans une Europe au bord de l’abîme, une organisation nazie, l’Ahnenerbe, pille des lieux sacrés à travers le monde. Elle cherche des trésors aux pouvoirs obscurs destinés à établir le règne millénaire du Troisième Reich. Son maître, Himmler, envoie des SS fouiller un sanctuaire tibétain dans une vallée oubliée de l’Himalaya. Il se rend lui-même en Espagne, dans un monastère, pour trouver un tableau énigmatique. De quelle puissance ancienne les nazis croient-ils détenir la clé ? À Londres, Churchill découvre que la guerre contre l’Allemagne sera aussi celle, spirituelle, de la lumière contre les ténèbres.

Tristan, le trafiquant d’art au passé trouble ; Erika, une archéologue allemande ; Laure, l’héritière des Cathares… : dans le premier tome de cette saga, l’histoire occulte fait se rencontrer des personnages aux destins d’exception avec les acteurs majeurs de la Seconde Guerre mondiale.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Une fille dans la jungle

Delphine Coulin
13.jpg

« Cela ressemblait moins que jamais à une jungle, ou alors une jungle froide, de bois et de boue, avec des animaux crottés, et des monstres de métal au loin, sous le crachin. Pas le genre qui fait rêver, avec les perroquets et les feuilles vertes et grasses, où on transpire dans une odeur d’humus. Une jungle du pauvre. Ici, il n’y avait pas un arbre, pas une feuille, pas de chaleur. Et aujourd’hui, c’était silencieux. Cette jungle qui avait été un chaos où des milliers de personnes vivaient, mangeaient, parlaient, se battaient, était devenue un désert, où ils étaient seuls, tous les six. »

Quand les autorités proposent à sa bande d’amis, tous mineurs, de quitter cet endroit, ils décident de rester et tentent de survivre.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

La Terre des morts

Jean-Christophe Grangé
14.jpeg
Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu’un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d’un flic peut totalement basculer, surtout quand il s’agit de la jouissance par le Mal.

Géopolitique du moustique

Erik Orsenna
Isabelle de Saint-Aubin
15.jpg
Les moustiques viennent de la nuit des temps (250 millions d’années), mais ils ne s’attardent pas (durée de vie moyenne : 30 jours). Nombreux (3 564 espèces), installés sur les cinq continents (Groenland inclus), ils tuent volontiers (750 000 morts chaque année).
Quand ils nous vrombissent à l’oreille, ils ne se contentent pas de pourrir nos nuits, c’est une histoire qu’ils nous racontent : leur point de vue sur la mondialisation. Une histoire planétaire de frontières abolies, de mutations permanentes, de luttes pour survivre. L’histoire, surtout, d’un couple à trois : le moustique, le parasite et sa proie. Pour tenter de nous en débarrasser, allons-nous utiliser les pouvoirs vertigineux que nous offrent les manipulations génétiques ? Avec quels risques ? Deviendrons-nous des apprentis sorciers ?
Après le coton, l’eau et le papier, je vous emmène faire un nouveau voyage pour tenter de mieux comprendre notre Terre : Guyane, Cambodge, Pékin, Sénégal, Brésil, sans oublier la mythique forêt Zika (Ouganda)… Je vous promets des fièvres !

Blue Light Yokohama

Nicolas Obregon

Éric Moreau (Traducteur)

16.jpeg

Iwata, flic solitaire au passé trouble, ne semble pas le bienvenu à la Criminelle de Tokyo. Non seulement on le charge de remplacer un officier qui vient de se suicider, mais on lui confie une enquête dont personne ne veut : le massacre d’une famille coréenne dans un quartier malfamé.
Avec Sakai, sa coéquipière, Iwata comprend vite que ce meurtre ressemble à un étrange sacrifice humain : le cœur du père a été arraché et un soleil noir est dessiné sur le plafond. Bientôt, la veuve d’un grand juge est retrouvée morte dans les mêmes circonstances. Le tueur au Soleil Noir serait un tueur en série. Mais qui peut-il bien être ? Un féru de rituels anciens ? Le membre fou d’une secte obscure ? Quand l’enquête piétine tout en faisant la une des journaux, Iwata se fait renvoyer, mais il n’abandonne pas son investigation pour autant…

Dans une veine à la True Detective, un polar atmosphérique qui nous dévoile un monde obscur et féroce.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles

Jean-Michel Guenassia
17.jpeg

« Moi, je me plais dissimulé dans le clair-obscur. Je refuse de choisir mon camp, je préfère les dangers de la frontière. Si un soir vous me croisez dans le métro ou dans un bar, vous allez obligatoirement me dévisager, avec embarras, et LA question viendra vous tarauder : est-ce un homme ou une femme ? Et vous ne pourrez pas y répondre. »
C’est l’histoire improbable d’une famille joliment déglinguée dont Paul est le héros peu ordinaire. Paul qui, malgré ses allures de fille, aime exclusivement les femmes. Paul, qui a deux mères et n’a jamais connu son père. Paul, que le hasard de sa naissance va mener sur la route d’un célèbre androgyne : David Bowie.

Fantaisiste et généreux, De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles nous détourne avec grâce des chemins tout tracés pour nous faire goûter aux charmes de l’incertitude.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Le Président a disparu

Bill Clinton
James Patterson

Dominique Defert (Adaptateur)

Carole Delporte (Traducteur)

18.jpeg

« Le 1er mai dernier, un groupe de séparatistes pro-Ukrainien et anti-Russe a pris d’assaut une ferme en Algérie où il pensait trouver Suliman Cindoruk, dans l’intention de le tuer… Ils ont pourtant été stoppés, monsieur le Président. Par un commando des Forces spéciales et de la CIA. Et Cindoruk en a profité pour s’échapper.
Pourquoi le président des États-Unis ordonnerait-il à des soldats américains de sauver la vie d’un terroriste ? »
Il y a des secrets que seul un président peut connaître, il y a des décisions que seul un président peut prendre, et parfois il doit envisager l’impensable… Dans ce récit écrit à quatre mains, l’écrivain et l’ancien président nous entraînent pour 72 heures d’une course folle où se mêlent secrets d’État, procédure d’impeachment, complots, traîtres, et une attaque terroriste sans précédent qui pourrait bien plonger l’Amérique tout entière dans l’« âge des ténèbres ».

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Innocence

Eva Ionesco
19.jpeg
Elle s’appelle Eva, elle est adorable avec ses boucles blondes et ses bras potelés. Une enfant des années 70. Ses parents se séparent très vite. Sa mère l’enferme alors dans un quotidien pervers et éloigne le père par tous les moyens. Photographe, elle prend Eva comme modèle érotique dès l’âge de quatre ans, l’oblige à des postures toujours plus suggestives, vend son image.
Emportée dans un monde de fêtes, de déguisements et d’expériences limites, entre féerie et cauchemar, la petite fille ne cesse d’espérer et de réclamer l’absent qui seul pourrait la sauver de son calvaire. Mais sa mère maintient l’enfant-objet sous emprise.
Comment survivre parmi les mensonges, dans une société qui tolère le pire ? Une seule voie, pour Eva devenue adulte mais restée une petite fille en manque d’amour : mener l’enquête sur son père, tenter de reconstruire ce qui a été détruit. Une expérience vertigineuse.

Les Rameaux noirs

Simon Liberati
20.jpg

Le 16 août dernier j’ai accompagné mon père aux urgences de l’hôpital Cochin parce qu’il manifestait des signes de délire. À 89 ans il m’a montré un autre visage que celui que je connais. Peut-être l’avais-je aperçu enfant et m’avait-il fait peur.
Il n’est pas facile de se décider à écrire des romans quand on est fils de surréaliste, filleul d’Aragon, élevé dans un milieu à la fois littéraire et dédaigneux de tout ce qui n’est pas la poésie ou l’engagement personnel, parfois le plus extrémiste.
Deux ans après Eva, j’ai voulu revenir au mode de la confession et de l’autobiographie. J’ai décidé cette fois-ci d’aller au plus intime de tout effort littéraire : l’inspiration. Cette influence extérieure qui m’a poussé à écrire et que j’ai appris à entendre grâce à mon père.

S. L.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici

Les Dieux du Tango

Carolina de Robertis

Eva Montheilhet (Traductrice)

21.jpeg

Février 1913. Leda a dix-sept ans. Elle quitte son village italien pour rejoindre en Argentine son cousin Dante, qu’elle vient d’épouser. Dans ses maigres bagages, le précieux violon de son père. Mais à son arrivée, Dante est mort. Buenos Aires n’est pas un lieu pour une jeune femme seule, de surcroît veuve et sans ressources : elle doit rentrer en Italie. Pourtant, l’envie de découvrir ce nouveau monde et la musique qui fait bouillonner les quartiers chauds de la ville la retient. Passionnée par ce violon interdit aux femmes, Leda décide de prendre son destin en main. Déguisée en homme, elle s’immerge dans le monde de la nuit, le monde du tango. Elle s’engage tout entière dans un voyage qui la mènera au bout de sa condition de femme, de son art, de la passion sous toutes ses formes, de son his-toire meurtrie. Un voyage au bout d’elle-même.

LIRE UN EXTRAIT en cliquant ici